Tous les ans, j’achète le fameux « cahier de vacances » pour ma fille. Le rituel est toujours le même. Au début, elle est impatiente de commencer. Je la retiens car je préfère qu’elle coupe complètement avec l’école dans un premier temps. Puis quand elle l’entame, elle soigne son écriture et aimerait enchaîner plusieurs pages d’un coup. Puis, les jours passants, l’envie s’étiole, la qualité graphique se détériore et les premières grimaces s’affichent. Par chance quand on en arrive là, le cahier est presque terminé.

Quand j’étais petite, nombre de mes copains vivaient les cahiers de vacances comme une punition. Après les éclats de joie à la sortie du dernier jour d’école venaient se succéder les premières moues boudeuses. Certains enfants, eux, vivent ce temps scolaire pendant les grandes vacances comme un moment neutre ou agréable.

C’est une évidence, nos enfants n’ont pas tous le même rapport à la scolarité, les parents non plus d’ailleurs. Il y a les motivés, les stressés, les rigoureux, les laxistes, les « on verra demain », les curieux….

Mais en fait, pourquoi faisons-nous réviser notre enfant pendant l’été ? Est-ce vraiment pour lui ou bien cela fait plutôt référence à nos peurs ? La peur qu’il ne soit pas assez performant, la peur d’être un mauvais parent.

 

En quoi est-ce utile ?

8 semaines ! Je ne me rappelle plus ce que ça fait d’avoir 8 semaines de vacance d’affilé. En revanche, chaque été je savoure 3 semaines de pause, comme beaucoup d’entre nous.  Comment vivez-vous vos reprises ? En général, nous recommençons au ralenti. Retrouver ses repères, se reconcentrer et enfin être efficace. Pour les enfants, c’est le même déroulé. Pour ceux dont les acquis étaient solides, il faudra juste quelques temps pour se remettre dans le bain. Ils risquent d’être peu efficaces les premières semaines. Pour les autres, autant dire que les vagues auront apportées aux larges leurs connaissances fragiles. Les piqûres de rappel pendant l’été auront permis de laisser les graines bien plantées pour les faire germer à la rentrée. Enfin, en tant que parent, nous n’avons pas toujours le temps de suivre la progression et le niveau de notre enfant. C’est le moment d’être vraiment attentif à son niveau scolaire, à ses lacunes et à ses incompréhensions.

 

Pourquoi faire différemment ?

L’école ne sait pas s’adapter à l’individu. Il serait bien inutile de blâmer les maîtresses. Premièrement, elles répondent aux demandes d’une hiérarchie. Deuxièmement, comment s’adapter à 30 enfants très différents en même temps. Les écoles alternatives s’y attèlent, vivement que l’éducation nationale s’en inspire. Tout ça nous amène un constat, à 8 ans certains enfants sont déjà stressés. La norme scolaire ne leur correspond pas. En vivant cela, ils établissent déjà la croyance qu’ils sont de mauvais élèves. Ce qui est totalement faux. Ils ont juste une manière d’apprendre différente. (Cf : étiquettes négatives)

La « grande » pause de l’été permet de prendre son temps et d’expliquer les choses différemment, en tenant compte de sa manière d’apprendre. Lui imposer une technique de travail qui ne lui convient pas ne fera que le mettre en échec.

Équipez-vous de ce fameux cahier de vacances pour observer les acquis que votre enfant est sensé maîtriser. Soustraction, géométrie, orthographe, conjugaison etc… Hmmm quel régal ! Mais il y a tellement d’autres manières de réviser. Avec ma fille qui a beaucoup travaillé sur Louis XIV cette année par exemple, nous avons fait des jeux de rôles étant alternativement le roi soleil, Louis XIII ou Anne d’Autriche. Je peux vous assurer qu’en plus d’être drôles, ces jeux permettent une mémorisation efficace.

Pendant vos vacances, vous avez un luxe inestimable : du temps ! Au lieu de le gâcher en criant derrière votre enfant pour qu’il vienne à bout de l’exercice en cours, détournez-le. Qu’est-ce que votre enfant aime ? Se baigner, se balader en forêt, les Pokémons ? Génial, voici plein d’infos pour les faire bosser sans s’en rendre compte.

Voici des exemples d’apprentissage à effectuer et de comment les traiter.

Votre enfant est en CP. Il doit apprivoiser le concept de dizaines et d’unités. Pourquoi ne pas le faire avec des coquillages sur la plage. Ramassez tout un tas de coquillages puis laissez-le en faire des paquets de 10. Puis en déduire alors combien il y a de coquillages. Ou bien, en ce qui concerne le graphisme et l’orthographe, amusez-vous à écrire dans le sable.

Votre enfant est en CE1. Cette année, il a appris à mieux décrire et raconter. Lors d’une balade en forêt, faîtes-le observer tout ce qui l’entoure. Laissez-le inventer une histoire avec tous les éléments de l’environnement en le poussant vers une description très détaillée. En maths, il doit savoir résoudre des problèmes simples. Ramassez des pommes de pin. Enlevez-en quelques une en les cachant et laissez-le retrouver le nombre de pommes de pin disparues. Cela peut se finir en petite chasse au trésor pour plus de plaisir.

Votre enfant est en CE2. Il doit savoir rédiger des petits textes et mieux maîtriser son écriture. Pourquoi ne pas tenir un journal de vacances qu’il pourra décorer à sa guise en ponctuant de phrases racontant ses péripéties. Ou bien écrire des lettres aux copains/copines/papy/mamie etc… En maths, il doit savoir résoudre des petits problèmes avec plusieurs opérations.  Par exemple, maman me donne 30€, j’ai dépensé 8€ pour ça et 9€ pour ci, combien me reste-t-il ? Laissez-le gérer un petit budget et anticiper combien il lui restera.

Votre enfant est en CM1. Je sais que cette année, ma fille a pas mal travailler sur les familles de mots. Vous pouvez par exemple organiser un jeu pendant un trajet en voiture. Choisissez un mot dans le paysage et trouvez tous les mots de la même famille. En maths, ils sont sensés maîtriser les tables de multiplication depuis un moment. À la maison, les vacances atomisent les tables. Si le cœur vous en dit vous pouvez organiser des quizz façon « Question pour un Champion » avec des glaces à gagner.

Votre enfant est en CM2. Le collège l’attend dans quelques semaines. Les acquis doivent être solides. Ils doivent maintenant maîtriser les temps et les accords. Chouette ! Créez des textes rigolos avec votre environnement. Trompez-vous volontairement dans la conjugaison et l’orthographe. Votre enfant prendra un malin plaisir à vous corriger. Ahhh les calculs d’aire ! Triangle, rectangle, cercle ne doivent plus avoir de secrets pour eux. Et si vous inventiez des énigmes avec ces fameux calculs ! Les résultats obtenus amènent à l’énigme suivante (alternez avec des rébus etc…) pour trouver l’emplacement du trésor caché.

 

Je suis sûre que nombreux d’entre vous seront bien plus créatifs encore pour revoir toutes les notions importantes de l’année.

Si vous choisissez la méthode plus classique, qui n’est d’ailleurs pas incompatible, limitez le temps à 30mn par jour. Trouvez un système de renforcement (étiquettes de couleur, épingles à linge, perles dans un bocal) qui motivera votre enfant. Mais surtout, laissez-le tranquille tout au long du mois de juillet. Il a besoin de se relâcher et d’être juste un enfant.

Rendez-vous sur Hellocoton !